vendredi 30 mai 2014

Salade de somen au poulet épicé & sa marinade au yuzu

Ces derniers jours, il fait particulièrement chaud à Kyoto... On est à 30-32°C chaque jour et ce n'est que le début du cauchemar. Kyoto semble être réputé pour être l'un des endroits les plus invivables à l'époque estivale... Ganbare ! Pour me rafraichir les idées, j'ai pensé qu'une petite salade de somen pouvait être agréable et je me suis franchement régalée. Pour ceux qui ne connaissent pas, les somen sont des nouilles très fines faites à base de farine de blé.

Ingrédients (pour deux personnes):

- des blancs de poulet
- des légumes émincés (moi j'ai utilisé un sachet avec un mélange de laitue, poivron, soja, carotte)
- 100g de somen
- quelques cacahuètes
- un sachet d'épices à tacos
- du jus de yuzu
- de quoi faire une vinaigrette (j'ai simplement utilisé huile d'olive, jus de citron, une pointe de jus de yuzu, sel et poivre)
- sel & poivre

Préparation:

- J'ai commencé par détailler mes blancs de poulet en petit morceaux, et je les ai laissés mariner dans du jus de yuzu environ 15-20 minutes.
- En attendant, vous pouvez faire vos somen deux minutes dans de l'eau frémissante, les rincer à l'eau froide et les laisser refroidir et égoutter quelque part.
- Il faut ensuite enlever le surplus de yuzu du poulet, et saupoudrer d'épices à tacos en mélangeant bien. Faites ensuite revenir le poulet dans une poêle avec une goutte d'huile de friture pendant une dizaine de minutes. Puis salez.
- Mélanger les somen avec les légumes, rajoutez quelques cacahuètes puis assaisonnez avec une vinaigrette, et enfin déposez les dés de poulets encore chauds sur les nouilles, et régalez vous sans attendre.

NB: La marinade au yuzu à vraiment attendri la viande, c'était parfait !



Bon appétit & Bon week-end

mercredi 28 mai 2014

[JAPON]: Escapade au Lac Biwa #2

Dans mon dernier article sur Nagahama, je vous parlais de Chikubushima, qui est une petite île sacrée et inhabitée au nord du Lac Biwa près de Kyoto.  La majeure partie est composée de forêt et de temples et les visiteurs peuvent uniquement découvrir la partie sud de l'île.

Comment y accéder ?

Vous devez prendre un bateau à Hikone, Nagahama ou Imazu pour accéder à Chikubushima. La traversée dure environ 30 minutes, et un ticket aller-retour vous coutera à peu près 3000 yen. Vous devrez encore vous délester de 400 yen sur place si vous voulez visiter l'île (oui je sais, c'est un peu abusé...). Personnellement, j'ai pris le bateau à Nagahama Port qui se trouve à seulement 10 minutes à pied de la station de train; il y a d'ailleurs un petit office de tourisme dans la gare où vous pourrez trouver tous les dépliants que vous voulez sur les alentours, et si mes souvenirs sont bons, les dames parlent même anglais. C'est le grand luxe quoi.

Préparatifs

Il faut savoir que les bateaux se font rares, il faut donc bien maîtriser le temps et la météo car vous serez coincés là bas à attendre pour le prochain départ.

Départs de Nagahama Port: 9h, 10h15, 11h30, 12h45, 14h00
Départs de Chikubushima Port: 10h50, 12h05, 13h20, 14h35, 15h50

Par ailleurs, les stands de nourriture et de boissons sont eux aussi très limités, donc si vous êtes difficiles comme moi, je vous recommande vivement d'acheter votre déjeuner et de quoi vous hydrater avant d'y aller. Personnellement j'ai testé les inomochi (des brochettes "poteto cake") en me disant que je ne prenais pas trop de risques avec de la pomme de terre et de l'huile de friture... mais si, c'était franchement pas terrible. Je n'ai pas aimé la texture gélatineuse et l'arrière goût de sauce soja... et puis c'était quand même bien gras !

Les inomochi !
Enfin, je vous conseille de porter de bonnes chaussures et d'avoir une bonne condition physique parce qu'il y a beaucoup d'escaliers assez raides à grimper. 

On y fait quoi là-bas ?

Si vous allez là-bas, c'est que vous avez forcément un intérêt pour les lieux saints japonais parce qu'il n'y a que ça à faire.


Tout l'ensemble sacré de l'île semble s'appeler "Hōgon-ji" et j'ai commencé par la salle Benzaiten qui est la première étape lorsque vous aurez terminé de grimper la centaine d'escaliers. Cette salle est consacrée à la déesse bouddhiste Benzaiten qui fait partie des 7 divinités du bonheur. Elle est la déesse de la musique, de la littérature, des arts, de la sagesse, du savoir et de la beauté (entre autres). Tout un programme quoi ! Cet endroit figure dans le top 3 des temples consacrés à Benzaiten au Japon, et selon la légende, la divinité aurait vécu sur Chikubushima ! Hogon-ji est aussi célèbre pour ses daruma, des petites poupées dans lesquelles on glisse son vœu dans l'espoir qu'il se réalise. J'ai bien sûr testé pour vous !

L'entrée du temple
Nous avons été accueilli par Acala, l'un des cinq rois du savoir, du feu et de la colère, pratiquement toujours représenté avec un visage féroce, les canines sorties dont l'une va vers le haut et l'autre vers le bas, des yeux de démons, tenant en ses mains une épée vajra et un lasso et dont le corps est entouré d'une aura de feu. En japonais, il porte aussi le nom de Fudō Myōō.
L'intérieur du temple
Un amoncellement impressionnant de Daruma, qui sont plus rarement représentées avec un visage féminin
On inscrit ses vœux et son nom sur le petit papier, et ensuite on suit les instructions indiquées sur le panneau blanc derrière pour l'insérer dans la poupée, et ensuite on va payer les 500 yen auprès du moine pour qu'il emprisonne le vœu en collant un bout de cire sur l'orifice de la poupée. Après cela, vous pouvez sonner la cloche et placer votre daruma où vous voulez.
Voila ce que ça donne !
Et la fameuse cloche...
Ensuite en montant au point le plus culminant, on peut voir une pagode rouge vermillon, et un autre temple dans lesquelles je ne suis pas rentrée. 

Les deux temples
Une vue sympathique sur la mer
Et un arbre assez impressionnant maintenu par des bambous. Si quelqu'un sait ce que c'est...
On redescend ensuite par les escaliers un peu raides, et si on veut, on en profite pour s'asseoir un petit peu et admirer la jolie vue qui s'offre à nous.

Nous ne sommes pas les seuls à vouloir lézarder au soleil...
Enfin, au bout des escaliers, on arrive à la porte Karamon qui semble avoir assez mal vieillie et qui nous accueille avec la statue d'un vieil homme assez flippante. Si vous voulez être protégé à tel ou tel endroit du corps, il suffit de toucher la dite-partie sur la statue. Les murs eux étaient recouverts d'inscriptions, mais la signification m'échappe. C'est la première fois que je vois quelque chose dans ce genre...


Le vieillard qui a perdu en vigueur à force d'être tripoté par des mains sales & les fameuses inscriptions
Il faut ensuite suivre le couloir Funa pour accéder à l'autre partie du temple appelée "Tsukubusuma-jinja"
Presque les pieds dans l'eau !
La encore, il existe une tradition shinto assez intéressante et inhabituelle: le lancer d'assiettes ! Non non, je ne plaisante pas. En entrant dans la salle, vous pouvez acquérir deux petites assiettes en terre cuite pour 300 yen, sur lesquelles il faut écrire son nom et son vœu, (ou bien sur l'une son nom et sur l'autre son vœu, je n'ai pas bien compris), et ensuite vous approchez au plus près de la mer. A cet endroit, il y a un grand Torii en pierre qui sera votre cible puisque vous devez viser l'intérieur du Torii pour que le voeu se réalise. Personnellement, j'ai complètement foiré et mes assiettes ont atterri dans les buissons... espérons que les kamisama ne m'en tiennent pas rigueur, c'est vrai quoi, je suis une touriste après tout !

Votre cible ! Plutôt pas mal non ?
Les débris d'assiettes
Le serpent semble avoir la côte ici...
Bye Bye Chikubushima !

mardi 27 mai 2014

Quand le Mexique et le Japon se rencontrent, ça donne du Taco Rice ! ¡Arriba!

Grâce à son mélange d'influences, la cuisine d'Okinawa est riche en goûts. On retrouve des saveurs chinoises, coréennes mais aussi américaines et mexicaines du fait des bases militaires toujours présentes dans les environs. On doit la création du Taco Rice à un dénommé Matsuzo Gibo qui l'a introduit en 1984 sur le territoire. Et vous l'avez compris: ce plat est une fusion entre le riz japonais et le tacos mexicain. Je l'ai goûté pour la première fois au Sand's Diner (restaurant à Naha dont je vous ai déjà parlé ici) et j'ai été conquise pour la simplicité et la fraicheur de ce plat. 

Ingrédients:

- Riz
- Viande hachée (ici au Japon, on trouve en général un mélange de porc et de bœuf car le bœuf coûte cher, mais je trouve le bœuf moins gras que le porc)
- Tomates cerises
- Sauce salsa + épices japonaises (ou tabasco)
- Fromage (gruyère, cheddar... ce que vous voulez)
- Laitue (variante: chou blanc)

Préparation:

- On commence par préparer les crudités en les lavant bien, en les égouttant et en les coupant puis on les réserve quelque part
- On fait ensuite revenir la viande dans une poêle (sans matière grasse s'il y a du porc)
- On y rajoute la sauce salsa et les épices japonaises et on mélange le tout en salant et poivrant bien (dans ma sauce, il y avait déjà des dés d'oignons, mais si ce n'est pas le cas, vous pouvez aussi en mettre)
- Une fois que la viande est prête (ce qui est assez rapide), on met à chauffer le riz blanc (le mien était pré-cuit ; bah oui je suis au pays du riz, c'est facile de trouver des barquettes-minutes), on sert dans une assiette, on recouvre de viande à la sauce piquante, on ajoute les lamelles de salade, les tomates cerises coupées en deux (ou en quartiers), et enfin le fromage par dessus. 

Ci-dessous, vous verrez les deux versions chou et salade, avant, après.


Bon appétit et à très vite pour une autre recette okinawaienne !

jeudi 22 mai 2014

[OKINAWA]: Shuri-jo, un château pas comme les autres

Le Château de Shuri est l'un des spots touristiques les plus importants de la ville de Naha à Okinawa. En général, le château porte le nom de la ville dans laquelle il se trouve, et c'est en réalité le cas pour celui ci également puisque avant de prendre le nom de Naha, la ville s'appelait Shuri. 

Malheureusement la vie n'a pas été un long fleuve tranquille pour ce château qui a été détruit au moins 4 fois. La dernière destruction en date était lors de la Bataille d'Okinawa en 1945 par les américains parce que l'armée japonaise avait installé ses quartiers aériens dans le sous-sol du château.

Finalement la reconstruction a commencé en 1957 et s'est achevée en 1992 puis en 2000, le château a été inscrit au patrimoine de l'UNESCO. 

Si vous avez déjà visité quelques châteaux japonais, alors il y a quelque chose qui vous sautera aux yeux avec le Château de Shuri... Il est coloré !! Un beau rouge vermillon !! Eh oui, la culture ryukyu est en réalité un mélange des cultures japonaise & chinoise. 

C'est parti pour la visite !


Des spectacles gratuits de danses traditionnelles ryukyu se déroulent 3 fois par jour (11h - 14h et 16h) et peuvent varier selon le programme.


Je finis par un petit endroit bien sympa croisé à proximité du château...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...