vendredi 26 juillet 2013

Le Mantra Samui Resort de Koh Samui, un hôtel 5★ bien sympa

Je voudrais vous parler aujourd'hui du Mantra Samui Resort, le complexe hôtelier dans lequel j'ai séjourné à Koh Samui lors de mon voyage en Thaïlande en janvier dernier. J'avais effectué ma réservation via le site internet Agoda, et suis restée en contact avec les responsables de l'hôtel par mail jusqu'à mon arrivée pour m'assurer que la réservation avait bien été prise en compte. Cet hôtel est situé au nord de l'île, dans le quartier de Bo Phut, assez excentré par rapport au centre-ville, ce qui vous oblige à utiliser la navette gratuite mise en place par l'hôtel si vous souhaitez vous rendre au Fishermen Village ou à Chaweng Beach. C'est vrai que c'est un peu pénible de ne pas avoir complètement sa liberté, mais d'un côté la navette est gratuite, alors on ne va pas s'en plaindre ! Par ailleurs, si vous faites des excursions, comme celle que j'avais faite au Parc National Maritime d'Angthong (ici), la plupart des agences vient vous chercher directement à votre hôtel, donc pas besoin de galérer. A mon arrivée dans l'hôtel, le personnel a été charmant, ils m'ont fait m'asseoir et me détendre dans la salle de détente avec un welcome drink très rafraichissant en attendant d'aller chercher mon dossier. Comme l'hôtel est construit à flanc de colline, donc avec des chemins très pentus, ils ont mis en place un système de caddies de golf pour vous emmener jusqu'à votre chambre ou jusqu'au restaurant de l'hôtel situé au point culminant. C'est très pratique, mais à utiliser avec modération si vous voulez profiter de ce séjour détox pour travailler votre fessier :) Le personnel de cet hôtel est vraiment agréable, et soucieux du bien-être de leurs clients. J'ai été super malade à mon arrivée à l'hôtel (surement dû au changement radical de température), j'étais vraiment comateuse, et limite clouée au lit, et le personnel m'a proposé de m'emmener exceptionnellement et gratuitement jusqu'à la pharmacie avec la navette de l'hôtel. J'ai trouvé ça vraiment sympa ! 

Concernant l'établissement, il offre une vue spectaculaire sur la mer, surtout depuis la piscine à débordement qui vous donne l'impression d'être au paradis. Le restaurant proposait régulièrement des animations (soirée folklorique avec costumes & musique traditionnelles ou encore buffet thai). Le petit-déjeuner était super copieux, et complet, aussi bien sucré que salé, tout le monde y trouvait son bonheur ! En revanche, j'ai tout de même une petite critique concernant les prix pratiqués au niveau de la restauration de cet hôtel qui sont vraiment élevés par rapport à la vie locale thaïlandaise de base... Je m'en suis rendue compte plus tard en arrivant à Bangkok... Ceci dit, ce n'est pas propre à cet hôtel, je pense que toute l'île a la folie des grandeurs... Le trajet Aéroport-Hôtel à Koh Samui de 30 minutes vous coûtera 600 baht, tandis que la même durée à Bangkok vous en coûtera 80 (pour vous donner une idée...).

Quant à ma chambre, j'avais opté pour la "Love Jacuzzi Oasis", avec le jacuzzi sur la terrasse, face à la mer et un lit king size. Chaque jour, je découvrais des petites surprises: que ça soit mes draps propres en forme de cygne ou de coeur, ou encore les mini chupa chups qu'on m'apportait chaque jour avec une citation.


Mon seul regret de l'histoire était d'être célibataire !! Parce qu'en couple, ça doit être juste magique comme endroit... la prochaine fois :)

A bientôt !

Site Internet de l'hôtel: http://www.mantrasamui.com/
Prix moyen d'une chambre: 80€ (petit déjeuner inclus)
Équipement de l'hôtel: piscine à débordement / Salle de sport / Salle de jeux / Restaurant
Petit bonus: possibilité de faire un cours de cuisine gratos le mardi

mercredi 24 juillet 2013

Escapade au coeur de la Provence

Chaque été, j'ai pris pour habitude de me rendre à 3h de chez moi, sur le Plateau de Valensole pour voir la lavande en fleurs avant qu'elle ne soit ramassée. La Provence à ce moment de l'année est un festival de couleurs et de senteurs. On en prend plein les yeux, pleins les narines et aussi plein les oreilles (bin oui, n'oublions pas les cigales). Cette année, nous y sommes allés au bon moment car la lavande était à l'apogée de sa floraison, certains producteurs commençaient même à certains endroits à la ramasser, ce qui fait qu'on a pu voir la distillation en direct live.

Ci dessous un florilège des activités que l'on peut faire aux alentours.

1- Faire la belle au milieu des champs de lavande & de tournesols en évitant les abeilles


2- Visiter les domaines de production de lavande & observer la distillation

J'ai testé pour vous deux endroits qui sont situés à proximité sur la départementale 6 (route de manosque).

- Angelvin

Une charmante maisonnette toute de violet vêtue entourée de champs de lavande et de tournesols: on ne pouvait rêver plus agréable comme cadre... A l'intérieur, de nombreux produits à base de lavande, de lavandin, avec de jolies compositions et jolis emballages. Mais vous vous doutez que tout n'a pas été si rose violet, il fallait une ombre au tableau... J'ai d'une part été très déçue de ne pouvoir visiter quoi que ce soit ni pouvoir obtenir quelques explications sur la lavande et la production à moins de débourser 5€ pour acheter le guide et aller me le lire moi même au pied d'un olivier. La vieille femme désagréable de la caisse s'est contentée de dire "il n'y a rien à voir, il faut revenir plus tard, rien n'a commencé nulle part", et quand je lui ai demandé de m'emballer 3 savons "on a pas le temps pour ça" avant de les fourrer comme une barbare dans mon sac en plastique alors que j'avais pris soin de les choisir exprès pour qu'ils ne soient pas cabossés.  Charmante ! Autant vous dire que la "rencontre avec le producteur, dans le magasin de vente, explications sur la récolte et la distillation, toute l'année" ainsi que l'exposition de vieux alambics annoncées sur leurs dépliants et leur site internet, je les attends toujours ! Bref on sent que c'est l'usine là dedans, et que le service et l'accueil sont loins d'être dans leurs priorités: dommage, ils ont pourtant un cadre idyllique...

- Terraroma

Des professionnels de l'amande de Provence et de la lavande parait-il... un site qui ne paye pas de mine, pas plus d'informations culturelles que ça dans la boutique, mais néanmoins la possibilité de nous rendre dans l'exploitation afin de demander des explications aux employés. Nous avons pu voir en vrai la distillation de la lavande (heureusement que la vieille nous a prévenu que personne n'avait commencé à distiller...), et je dois dire que j'ai été très impressionnée... Je ne pensais pas qu'on pouvait distiller à cette vitesse d'aussi grande quantités. En pro du parfum que je suis, cette partie a probablement été la plus amusante et enrichissante pour moi ! Dommage qu'il n'y ait rien pour promouvoir cette "visite" et que les explications nous aient été données par un guide chinois qui a eu pitié de nous (merci d'ailleurs à lui pour sa gentillesse et sa bonne humeur !) heureusement que les chinois sont là pour nous faire visiter la Provence... (hahaha...)

Bref, vous l'avez compris, ces deux visites me laissent un arrière goût de déception... Moi qui suis amoureuse de ma Provence, je suis déçue de voir qu'ils ne mettent pas du tout en valeur le patrimoine local et les traditions, mais que par contre ils sont là quand il s'agit de faire du business... Quant aux mielleries du coin, à leur place, je m’abstiendrais de mettre en vente dans leur boutique du saucisson de Corse ou encore des caramels au beurre salé de Bretagne... non mais sérieusement, il faut pas déconner là !


3- Manger un bout à Valensole & se promener dans le village

Nous avons mangé au Grand Café, en face de la fontaine qui ne sert pas de la grande cuisine, mais qui propose une cuisine locale et un menu à seulement 16€. Au menu cette fois-ci, tarte à la tomate, tagliatelles au veau et poivrons & compotée de nectarine meringuée.


4- Pousser la balade jusqu'à Manosque

Qui y a-t-il de si intéressant à Manosque ? L'usine de l'Occitane bien sûr ! Les amoureux des parfums/cosmétiques ne peuvent manquer ça !! Outre le magasin d'usine, les visiteurs peuvent voir librement le petit musée accolé à la boutique, et peuvent sur réservation au préalable, suivre une visite guidée gratuite d'une heure à peu près de l'usine de fabrication. En fin de visite, un petit cadeau nous a été offert à chacun. Bien que très industriel du fait de sa production en masse, j'ai beaucoup apprécié la visite et les petites attentions faites à notre égard. La visite a été complète: fabrication, cosmétiques, packaging, stock, matières premières... de nombreux points ont été abordés.

5- Aller se rafraîchir au Lac de Sainte Croix & découvrir les faiences de Moustiers-Ste-Marie

Sainte-Croix est un lac artificiel construit sur le cours du Verdon, d'une beauté à couper le souffle de par son étendue, et surtout de par son bleu turquoise intense. Ce lieu apprécié des visiteurs vous propose toute une série d'activités nautiques, allant de la barbote au bord de l'eau, jusqu'au canyoning dans les gorges du Verdon pour les plus sportifs. Pour ce qui est de plus culturel, il faudra vous rendre au village perché de Moustiers-Ste-Marie bien connu pour ses faïences.



6- Que ramener de Provence ?

- Miel de lavande
- Savons à la lavande ou à l'amande
- Sachets de lavande pour la maison
- Linge brodé pour la cuisine
- Amandes de Provence
- Faïences de Moustiers

*************

Voila pour aujourd'hui ! La prochaine fois que je vous parlerai de champs de lavandes, je vous emmènerai du côté d'Avignon et de l'Abbaye de Sénanque sur le Plateau de Sault, un lieu que je rêve de visiter :) Mais il faudra être patient... l'été prochain, je ne pourrai pas être au rendez-vous, je serai loin de ma Provence adorée... vous en saurez plus au moins de février ! Bisouuuuus

mercredi 10 juillet 2013

Pasta alla ligure

Il y a deux ans, lors d'un passage à San Remo en Ligurie, je vous avais parlé d'un petit restaurant familial et des fameux gnocchis au pesto et haricots verts. J'ai décidé d'essayer cette recette en remplaçant les gnocchis par des pâtes. En réalité c'est comme vous voulez... tant qu'il y a du vrai pesto, les liguriens sont contents ! C'est vrai que même moi, ça me parait curieux de mélanger des pâtes et des pommes de terre dans la même recette... ce n'est pas forcément très light... De toute façon, entre le pesto, les pignons, les pâtes et les pommes de terre, si vous suivez un programme diététique, vous pouvez passer votre chemin !

Bref, de quoi avons nous besoin pour faire le pesto...

- un beau petit paquet de feuilles de basilic
- des pignons
- du parmesan en poudre
- de l'huile d'olive
- 2 gousses d'ail
- du sel & du poivre

Normalement, il faut faire le pesto au mortier, mais à défaut, vous pouvez utiliser un mixeur.


On passe ensuite à la préparation des pâtes...

Ingrédients :

- un petit fagot d'haricots verts frais
- 3 petites pommes de terre
- des pignons entiers
- des pâtes (au choix)
- sel, poivre

- On commence par faire bouillir une casserole d'eau, et une fois à ébullition, on y plonge les patates et les haricots verts (dont les bouts ont été préalablement cassé) pour qu'ils cuisent en même temps une vingtaine de minutes.
- En attendant, mettre une autre casserole à bouillir pour y plonger les pâtes 8 à 10 minutes
- Une fois que le tout est égoutté, et que les pommes de terre sont pelées et coupées en petits morceaux, mélanger le tout avec le pesto.
- Servir les pâtes chaudes, décorées de quelques pignons et de deux feuilles de basilic

Pour relire mon article sur San Remo, cliquez ici

Buon appetito !

mardi 9 juillet 2013

La culture de la crotte au Japon

Quel titre poétique n'est-ce pas ? J'ai aussi hésité avec « Kazuyuki Arita, celui qui gagnait sa vie en dessinant de la merde »... Bref je vous parle aujourd'hui de la relation particulière qu'a le japonais avec le caca. Eh oui, le Japon on l'aime aussi avec ses bizarreries. Depuis près de 20ans, les japonais surfent sur la notoriété de la crotte pour en faire un vrai business. C'est le cas de Kazuyuki Arita, un artiste qui met en scène Monsieur Caca (Unchi Kun de son doux nom) dans diverses situations et en fait des expositions... J'ai moi même eu l'occasion de le croiser à la Tempozan Gallery près de l'aquarium d'Osaka. Je me rappelle avoir été à la fois fascinée et horrifiée par sa façon de rendre une crotte aussi mignonne.

En discutant avec une amie japonaise à ce sujet, elle m'a dit que dans les années 1997, la notoriété de la crotte était à son apogée pour les jeunes écoliers qui s'arrachaient tous types de goodies : porte-clé, autocollants ou encore même des bonbons.

La même année, le petit tigre Shimajiro, issu d'un dessin animé populaire, est passé à la télévision japonaise dans une étrange publicité apprenant aux enfants à utiliser correctement les W.C. (cliquez ici pour voir la vidéo). Depuis, d'autres livres pour enfant, ont eux aussi fait leur apparition.

 

En tout cas, cette idée d'article en elle-même était de la merde... j'ai du regarder sur google images pour pouvoir l'illustrer... vous ne pouvez pas imaginer les horreurs que j'ai trouvé... j'espère que vous ne lirez pas cet article avant ou après votre repas car j'ai moi-même réussi à m’écœurer haha. Mais voyons le côté positif, vous savez tous dire "caca" en japonais maintenant !

Je vous promets que mon prochain article sera plus intelligent ! :)

lundi 8 juillet 2013

Kiyomizudera, le temple de bois d'Higashiyama

Je reviens sur l'un des temples majeurs de la ville de Kyoto: le Kiyomizudera, littéralement le temple de l'eau de source perché sur les hauteurs de Gion (le quartier des geisha). Je vous en parlais déjà dans mon article sur le momiji (ici) car le temple propose des nocturnes à certaines périodes de l'année. Selon la légende, un moine du nom de Enchin, guidé par un rêve jusqu'en bas de la montagne, rencontra un vieillard assis sur un tronc de bois qui lui dit qu'il avait invoqué la déesse Kannon pendant de longues années. Il suggéra à Enchin de continuer le pèlerinage à sa place jusqu'en haut du sommet, et que le bois où il se trouvait ferait une bonne statue de Kannon. Enchin se lança dans cette mission, et une fois arrivé en haut, il y trouva une paire de sandales: il comprit alors que le vieillard qu'il avait rencontré n'était autre que Kannon, la déesse aux 7 visages et aux milliers de bras qui était retournée aux cieux. Il décida de retrouver le bout de bois pour en faire une statue, mais n'arriva pas à lui donner une forme satisfaisante. Finalement, après 20ans de réflexion, il rencontre le guerrier Sakanoue No Tamuramaro (un grand général du début de l'époque Heian), qui fut impressionné par la dévotion du moine, et l'aida à construire un temple et une statue avec le bois de sa propre maison autour de la chute d'eau. C'est ainsi qu'est né le temple Kiyomizudera en l'an 798.


A l'ère Edo (1600-1868), une étrange croyance apparût: "celui qui saute de la plateforme et qui arrive à survivre, verra son vœu se réaliser ". De nombreux sauts (à peu près 234) ont donc été effectués, et il y aurait eu 85% de survit grâce à la dense végétation, et la faible hauteur de la plateforme (13 mètres). Des couples dont l'amour était "interdit", auraient également procédé à ce rituel pour prouver leur amour à la société. Bien sûr, les sauts sont strictement interdits aujourd'hui. Tout cela a donné naissance à l'expression 清水の舞台から飛び降りる (kiyomizu no butai kara tobioriru) qui est l'équivalent de "se jeter à l'eau" en japonais.

 

Ces statues de Jizô Bosatsu coiffées de rouge, rendent hommage à un enfant disparu. L'enfant mort prématurément, doit lui aussi être soumis au jugement des rois des enfers, et est envoyé à la rivière des âmes du purgatoire pour y faire ses preuves en construisant des petites tours de pierre. Ce passage n'est pas sans difficulté puisque les démons viennent détruire les tours et battent l'enfant à coup de massue sur les ordres de Shozuka no Baba, une vieille sorcière. Les parents, qui viennent de perdre un enfant, ont peur que l'enfant soit incapable de traverser la rivière, pour monter au ciel, et donc pour l'aider dans cette épreuve, qu'il puisse vivre en paix au paradis de Bouddha, disposent un bavoir rouge, la couleur qui chasse les démons ainsi qu'un petit bonnet sur l'une des statues du temple ou du cimetière, pour que Jizô puisse protéger l'enfant à la rivière, et vienne le cacher dans ses manches pour l'amener de l'autre côté.


A cet endroit s'écoulent 3 jets de l'eau de source, réputée pour exaucer les vœux.


Au Japon, il existe de nombreux temples dédiés à la déesse Kannon, et le Kiyomizudera est l'une 33 étapes du pèlerinage de l'ouest.

Mon avis : Un temple riche d'histoires, de croyances et de traditions, qui offre un superbe panorama sur la ville de Kyoto: ça serait dommage de s'en priver !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...