vendredi 28 juin 2013

Une petite Glamourdise de Kobe ?

Ça vous tente une petite Glamourdise de Kobe ? J'avais découvert ces divins macarons au centre commercial Takashimaya (Kyoto) à l'époque de la Saint-Valentin. Oui rappelez-vous, au Japon on offre des gourmandises à son amoureux pour l'occasion. Je vous en avais déjà parlé dans cet article. Bref, ce n'est plus l'époque de parler de la Saint-Valentin, donc revenons à nos macarons ! Je me rappelle avoir été subjuguée devant la vitrine lorsque j'ai vu ces petits bijoux pailletés. Encore plus quand j'ai vu que c'était fait façon cheesecake ! Miaaam. Me voila donc repartie chez moi avec mon petit écrin et mes deux macarons: le blanc "New-York Cheesecake" et le rose "Strawberry White Chocolate"... C'était une tuerie les amis. Je me suis alors penchée sur le créateur, un certain Marc Glaisse, lillois de souche. Après avoir forgé son expérience dans une grande maison à Londres, il a quitté l'Europe pour s'installer au Japon afin de travailler aux côtés de Pierre Hermé à Tokyo. Et c'est en 2008 que la boutique Glamourdise a vu le jour dans la ville de Kobe. C'est évident qu'après avoir été formé par le roi du macaron, les glamourdises ne peuvent être qu'excellentes !

 
Photo de la boutique trouvée sur leur page facebook



Donc si vous passez par Kobe, n'oubliez pas d'aller déguster un petit macaron sur place !

jeudi 27 juin 2013

PA, une marque "kawaii" de vernis japonais

En farfouillant dans mes affaires, je suis tombée sur deux adorables vernis à ongles de la marque "pa" achetés au Japon il y a deux ans. PA signigie "Praise" + "Ambition" soit gloire/éloge et ambition... (oué c'est profond).  Ils souhaitent que les filles puissent librement exprimer leur personnalité à travers leur nail art. Sur leur site Internet on peut ainsi lire "La liberté commence par les doigts" ("Freedom starts at the fingers" c'est plus joli en anglais). En tout cas les filles ont l'embarras du choix puisqu'il y en a pour tous les goûts !! Ils proposent toutes les couleurs, avec bien sûr de nombreux vernis pailletés à la japonaise, avec plein de motifs différents à l'intérieur comme des étoiles, des papillons ou encore même des dauphins. Ils proposent également tous les accessoires nécessaires à un bon nail art comme des stickers (rubans, cœurs, lapins ou Alice au pays des merveilles), des paillettes en pot, des diamants à coller ou encore des top coats.


Je vous laisse avec leur tuto pour bien réussir un nail art ! A bientôt


Pour plus d'informations, veuillez cliquer ici

vendredi 21 juin 2013

Crumble fraise-rhubarbe

Vous pensez bien que je n'ai pas écoulé mon kilo de rhubarbe dans ma tarte de l'autre fois... J'ai aussi fait de la compote pomme-rhubarbe, ainsi que des ramequins de crumbles.

Ingrédients:

- Pour 3 ramequins
- 50 g de farine
- 25g de sucre
- 25g de beurre mou

Pour la compote:
- 500g de rhubarbe épluchée
- 50g de sucre
- 1 verre d'eau
- 2 pommes

Facultatif: quelques fraises


Préparation de la compote:

On commence par faire dégorger la rhubarbe dans 50 g de sucre pendant 20 minutes, puis une fois que ça a rendu du jus, on verse le tout dans une casserole en y rajoutant les pommes coupées en petits morceaux, et un verre d'eau. On laisse compoter pendant une vingtaine de minutes en mélangeant de temps en temps. 

Préparation du crumble:

On mélange la farine, le sucre et le beurre mou pour en faire une pâte granuleuse. On préchauffe le four à 180°C, puis on verser de la compote au fond des ramequins, quelques fraises émincées par dessus, puis on couvre avec la pâte à crumble. On enfourne pour 35 minutes et on sert tiède.

Bon appétit

lundi 17 juin 2013

La tarte à la rhubarbe ou le sauvetage de la tarte de famille

En ce moment, c'est la période idéale pour consommer de la rhubarbe. L'autre jour au supermarché, nous voila partis avec 1kg de rhubarbe sous le bras dans l'idée de faire la "tarte de famille". Généralement ma mère s'en occupe, moi ça ne m'a jamais trop branché. Il se trouve qu'elle a choppé un mauvais virus tout le week-end, ce qui l'a empêché de faire quoi que ce soit à la maison. Moi je voyais la rhubarbe seule dans son saladier, et j'ai commencé à me dire que c'était un peu la honte de ne même pas savoir l'éplucher ! J'ai vu alors en cette rhubarbe une véritable mission, qui m'a tellement obsédé que je me suis levée à 7h du matin ce dimanche pour m'y atteler (oui je suis un peu fada...). Pour les novices, faites comme moi, google est votre ami "Comment éplucher de la rhubarbe", et vous trouverez de nombreuses vidéos. Finalement, ce n'est pas sorcier du tout ! La seule chose un peu pénible, c'est que c'est un fruit très filandreux...


 Ingrédients:

- 1 pâte brisée
- 500g de rhubarbe fraîche
- 2 oeufs
- 150g de sucre
- 1 brique de crème semi-épaisse
- 50g de farine

Une fois la rhubarbe épluchée, et coupée en petits tronçons, il faut la saupoudrer de sucre, et la laisser dégorger une trentaine de minutes. En attendant, vous pouvez préparer l'appareil en battant deux œufs avec le sucre jusqu'à ce que ça mousse et épaississe, ensuite il faut rajouter 50g de farine, et enfin une brique de crème semi-épaisse. Mélanger bien le tout. Préchauffer le four à 210°C. Dérouler ensuite votre pâte dans la tourtière, piquer le fond avec une fourchette, disposer la rhubarbe égouttée au fond, puis verser l'appareil par dessus. Enfin, enfourner 30 minutes à 210°C, puis servir tiède avec un peu de chantilly.


 Pas mal pour une première, non ??

The land of hope [émotion inside]

Dernièrement, j'ai découvert que le petit cinéma à côté de chez moi passait des films en V.O, ô joie ! Et mieux encore, un film japonais en V.O. Bon pour le coup, il ne s'agit pas d'une comédie mais d'un film dramatique s'inspirant largement de l'événement de "fukushima" en faisant un focus sur une famille d'un village voisin et comment ils affrontent la vie une fois la catastrophe survenue. C'est un film dont je me sens particulièrement concernée étant donné que j'ai moi même vécu cet épisode dramatique... loin de l'épicentre certes, mais tout de même assez pour être marquée à vie.


Synopsis:
Un tremblement de terre frappe le Japon, entraînant l'explosion d'une centrale nucléaire. Dans un village proche de la catastrophe, les autorités tracent un périmètre de sécurité avec une bande jaune qui coupe en deux la localité. Une sorte de ligne de démarcation absurde, entre danger bien réel et sécurité toute théorique. Au sein de la famille Ono, les parents, âgés, choisissent de rester. Leur fils et son épouse acceptent d'être évacués pour fuir la radioactivité...
Sion Sono, le réalisateur de ce film, a inventé le nom de ville "Nagashima" qui est un mélange de Nagasaki-Hiroshima-Fukushima, les trois villes ayant été touchées par les radiations. Les personnages parlent souvent de Fukushima "souvenez-vous de Fukushima, les gens ne sont jamais rentrés chez eux !". Et Sion Sono en profite pour critiquer le gouvernement qui cache souvent les vérités les plus importantes, mais aussi le peuple japonais qui a tendance à vivre avec des œillères. "The Land of Hope" (la terre d'espoir) est un nom bien contradictoire tout comme le film qui jongle sans arrêt avec la vie, la mort ou la naissance. Le réalisateur insiste bien sur ce dernier point, et le risque réel pour les enfants, plus sensibles que les adultes, de contracter des maladies à cause des radiations.

Ce film est sans aucun doute un appel au gouvernement à stopper le nucléaire, et au peuple japonais de ne jamais oublier, et de continuer leur lutte, en gardant espoir...

Un film très touchant...

mardi 11 juin 2013

Monaco-Montecarlo, une vraie destination luxe

Partons dans l'un des pays les plus petits, et les plus convoités du monde: Monaco-Montecarlo. Outre célèbre pour sa Formule 1 et ses casinos, Monaco ne manque pas de quoi charmer le visiteur. Profitez donc de votre venue sur la Côte d'Azur pour faire une escapade à Monaco.

1- Le palais princier & sa vieille ville

Commençons par la base, sans quoi Monaco ne serait pas une principauté, son palais princier ! Il faudra donc vous rendre au "Rocher" et par les escaliers s'il vous plait, histoire de faire travailler votre fessier. Pour les moins sportifs, ne vous inquiétez pas, vous aurez une bonne raison de vous arrêter en chemin pour faire une pause quand vous aurez vu la superbe vue panoramique sur le port.

Chaque jour à 11h50, vous pouvez venir voir la relève de la garde devant le palais qui est assez sobre comparée à celle de Buckingham Palace.



Une fois la relève terminée, je vous suggère d'emprunter la rue "Félix Gastaldi" pour vous rendre au restaurant "U Cavagnetu" afin de vous délecter de quelques spécialités locales. L'assiette monégasque est idéale pour faire découvrir à vos invités les spécialités gastronomiques du sud. J'ai moi même été surprise lorsque j'ai découvert la "pissaladière"... Je me suis tout de même demandée s'ils se moquaient de leurs clients, car j'ai l'habitude de la pissaladière niçoise. Mais finalement, après quelques recherches sur Internet, il existe vraiment une version monégasque de la pissaladière, qui contient de la tomate contrairement à la "vraie" pissaladière. Ce n'était pas pour me déplaire... la pâte était particulièrement bonne. Vous pourrez aussi goûter à la fameuse tourte aux blettes, à quelques beignets, aux poivrons à l'huile d'olive ou encore aux petits farcis niçois. Il y a tout de même un raté, et pas des moindres, la tapenade... Probablement la plus mauvaise jamais ingurgité de toute ma vie... Les gars, va vraiment falloir faire quelque chose là !! Après l'assiette monégasque, le reste fut tout aussi succulent, nous avions opté pour de la pizza italienne et un trio de pâtes. Si proche du palais princier, je m'attendais vraiment à tomber sur un attrape touriste; finalement nous avons eu une agréable surprise !

 
Après le repas, une balade de digestion s'impose... Je vous suggère de vous perdre dans les ruelles de la vieille ville puisque vous y êtes, puis de redescendre vers la cathédrale, pour enfin longer le bord de mer au milieu des fleurs et des cactées tout en suivant les mouettes.


Après cette promenade en toute simplicité, je vous propose de regagner le centre ville (en bas du rocher) pour prendre un bus direction Montecarlo et ses casinos !

2- Son casino et son côté bling bling

Le mieux est de vous arrêter à l'arrêt de bus "Montecarlo tourisme" qui est situé face à l'office de tourisme, si vous avez besoin d'un plan ou d'informations touristiques. Puis en redescendant, vous allez tomber en haut des jardins du casino offrant une vue plongeante sur le casino. Ce magnifique édifice baroque du second empire, a été créé par Monsieur Charles Garnier qui n'est autre que le fondateur de l'Opéra Garnier à Paris. Une fois aux abords du casino s'en suit un véritable défilé de voitures les plus luxueuses les unes que les autres. Même moi qui ne suis pas une férue de l'automobile, je trouve que Monaco est une destination particulière, qui vous permet de voir les voitures les plus belles au monde avec des modèles inédits. Alors certes, c'est très bling bling, mais finalement si on aime Monaco, c'est aussi pour cela n'est-ce pas ?


Prochaine mission ? Aller manger un dessert chez Ducasse face au casino !

Non loin de là, se situe le Métropole Shopping Center orné de grands lustres en cristal si vous souhaitez faire un peu de lèche vitrine pour terminer la journée.

Autres choses à faire à Monaco:

Jardin japonais ; Jardin exotique ; Musée océanographique

Mon mémo:

Bus: 1.50€ le ticket à la machine, 2€ dans le bus
Relève de la garde: 11h50 tous les jours
Le métropole - Shopping Center
U Cavagnetu: 14 rue Comte Félix Gastaldi - Monaco-ville

Les liens internet:

Office de tourisme de Monaco

Le métropole Shopping Center
Compagnie des autobus de Monaco
Opéra de Monte-Carlo
Le Louis XV - Alain Ducasse



Bonne balade à tous !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...